C’est l’une des questions posées à Davide Vasta, auteur de son nouveau livre sur le référencement, tout juste sorti des presses.

Tout le monde connaît Davide virtuellement depuis un certain temps déjà, il a participé en tant que guest poster sur blographik avec plusieurs articles intéressants.

Jusqu’à récemment, il est connu en tant que graphiste expert, gourou d’Adobe et conférencier universitaire. Il semble donc étrange de constater que son dernier livre publié portait sur le référencement, un sujet très éloigné de ses expériences précédentes.

Voici les questions posées à Davide.

Pourquoi Davide avez-vous décidé de publier ce livre sur le référencement ?

L’écriture en général, et les livres en particulier, est l’une de ces choses qui ont pris le dessus sur ses activités au cours des cinq dernières années.

Il écrit d’abord parce qu’il aime écrire, et ensuite parce que cela devient, pour utiliser un terme très populaire aux États-Unis, mon « core business ». Il pense que, à différents niveaux, c’est très similaire à ce qui vous est arrivé, depuis que vous êtes devenu, comme vous vous définissez, un Blogueur professionnel.

Ceci étant dit, le livre sur le référencement est l’un de ces projets que j’avais en chantier depuis longtemps, et qui attendait de voir le jour. La conjonction astrale d’un certain nombre de facteurs (maturation des connaissances, temps, désir, disponibilité des éditeurs, etc.) a permis au projet de se concrétiser.

Quelle expérience a-t-il acquis au fil des ans en matière de référencement ?

Il a commencé à voir le net un peu comme dans le film Matrix…

Lorsqu’il consulte les SERP, qu’il examine le code d’une page ou qu’il vérifie la présence de contenu via Blog Search, il a immédiatement une idée de la raison pour laquelle les choses apparaissent d’une certaine manière.

En étudiant les coulisses du référencement, vous comprenez enfin, pourquoi un site est avant ou après un autre.

Son expérience personnelle lui a amené à considérer qu’il s’agit presque d’une science exacte.

C’est-à-dire que lorsqu’il commence à optimiser une page et son contenu, le résultat que j’obtiens est presque à 99 % identique à celui qu’il avait prévu.

Évidemment, tout le monde ne pense pas ainsi : certains considèrent que les actions, les méthodologies, les outils que vous mettez dans le domaine du référencement, contribuent à optimiser un site web d’une certaine manière, mais le résultat est en quelque sorte à la  » merci  » du moteur de recherche.

Il le répète, uniquement par expérience personnelle, il n’est pas d’accord avec cette affirmation, car en suivant les directives des moteurs de recherche, servilement, vous êtes presque entièrement certain que les résultats attendus se produiront.

Quels sont les sujets abordé dans le livre et qui, selon l’auteur du livre, sont utiles non seulement pour les novices en matière de référencement ?

Il a dit sans hésiter la théorie de la longue traîne : aujourd’hui, le monde est confronté à un public très varié, mais la tendance dans le choix des mots-clés ne cherche souvent pas à attirer du trafic en ayant un œil sur le nombre de visiteurs.

De cette façon, vous mettez en pratique des types d’optimisation qui, d’une part, créent un flux important de visiteurs, mais qui, après la première visite, quittent le site sans jamais y revenir.

Au contraire, trouver des utilisateurs de niche en choisissant des mots-clés moins « populaires » est certainement gratifiant à moyen/long terme.

Globalement, il est donc moins orienté vers l’utilisation indiscriminée de mots-clés pour obtenir des visites : il préfère avoir peu de visiteurs, mais avec un très haut degré de pertinence entre ce qu’ils ont cherché et ce qu’ils ont trouvé.

Il s’est ensuite plongé dans deux systèmes de statistiques en annexe : Google Analytics et Shiny Stat Business.

Il croit que beaucoup de gens regardent les statistiques avec des yeux négligents, tant en ce qui concerne les données réelles que les fonctions qu’elles offrent.

Il dirait donc que cette annexe peut être très utile aussi pour ceux qui utilisent déjà des systèmes de statistiques (peut-être même ceux mentionnés ci-dessus), et qui veulent comprendre comment ils peuvent être utilisés pour améliorer d’une part l’expérience des utilisateurs, et d’autre part leur « qualité », entendue comme la pertinence du site qu’ils visitent.

Puis il y a beaucoup d’autres sujets, mais aussi des pilules, qui peuvent être d’un grand intérêt pour ceux qui font déjà du référencement, mais que peut-être, ils ne prennent pas en compte.